L’automne, c’est idéal pour épandre le BRF

Pourquoi l’automne est la période idéale pour épandre le BRF ? Et quels sont les critères qui doivent être pris en considération ?

BRF épandu

Tout d’abord, le BRF est un apport de matières au sol. C’est de la matière d’arbre. Naturellement, les feuilles, les branches tombent au sol sous l’effet du vent et des précipitations. Elles contiennent cette fameuse lignine, une molécule parmi les plus complexes que la nature ait inventé. Les champignons qui la dégradent et la bio-transforment la préfèrent (si on peut dire) dans un stade plutôt jeune. Elle se trouve dans des rameaux qui se ploient sans rompre : cela illustre le fait que les molécules filiformes de lignine savent encore glisser les unes sur les autres.

Mais les jeunes rameaux de l’année sont plus accomplis et plus riches de substances élaborées lorsqu’arrive la fin du cycle végétatif annuel c’est-à-dire à l’automne. L’arbre qui les porte s’approche de l’hiver et commence à ralentir son métabolisme pour se préparer au repos hivernal. L’essentiel de la photosynthèse s’est accompli : floraison, fructification, accroissement ligneux. C’est donc à l’automne que le bois est le plus riche, le plus élaboré, le plus complexe au plan moléculaire.

Si l’on regarde maintenant le sol et les processus qui s’enclenchent dès l’épandage du BRF. La germination des spores de champignons contenus dans la terre va démarrer immédiatement au contact du bois. Les champignons vont se nourrir du bois, se développer et dans la même proportion prélever d’une façon prioritaire des réserves nutritionnelles présentes dans le sol sous forme d’éléments hydrosolubles transmissibles par la partie liquide du sol.

La prévalence des besoins nutritionnels fongiques s’explique par l’antériorité des champignons par rapport aux végétaux : ils ont existé sur notre planète bien avant eux. Cette prévalence s’observe aussi sur le terrain : les champignons ne souffrent pas d’un déficit nutritionnel ; si les conditions ne sont pas favorables, ils ne se développent tout simplement pas. Les végétaux, eux, jaunissent et affichent une image de tristesse qui montre qu’ils souffrent.

Aussi, lorsqu’on épand son BRF, il est préférable de ne pas avoir sur le sol bénéficiaire des plantes en besoin de croissance ce qui est préférentiellement le cas en automne. Ainsi, un épandage en automne minimise considérablement un éventuel stress nutritionnel dont pourraient être affectées des plantes présentes sur zone.

Après l’automne vient l’hiver et ce n’est qu’au printemps qu’on installera les nouvelles plantes annuelles par les semis puis les plantations. Au bout de 6 mois d’installation, le BRF aura eu le temps de mettre en place les nouveaux équilibres vertueux de la dynamique du sol sous l’égide des transformations impulsées par la faune régénérée par le BRF et ses chaînes alimentaires : bois, champignon, fongivores, coprophages, vers et annélides, production d’humus, réserves nutritionnelles pour les plantes.

La qualité du bois composant le BRF d’une part et les effets sur le sol et ses plantes d’autre part votent pour un BRF d’automne, épandu en automne. C’est la saison préférable pour épandre son BRF même s’il n’est pas interdit de pratiquer un épandage aux autres saisons, ce dont nous pourrons reparler.

 

Cet article a été publié dans BRF pratique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s